Bilan logistique après 3 semaines de rando

Voici un petit bilan de tous les côtés pratiques de notre marche au travers de la Nouvelle-Zélande.

Pour le moment, nous avons encore un peu de mal à trouver un vrai rythme de croisière mais nous y arrivons peu à peu. Un journée typique de marche commence avec un réveil entre 5h et 6h suivant la difficulté prévue pour le jour et il nous faut 1h30 pour nous mettre en marche. Nous finissons généralement vers 16h-17h.

Nous avançons bien, nous avons couvert 449km officiels sur les 3041km du sentier en 23 jours et cela inclut 2 jours complets de repos. Nous avons fait entre 15 et 20km de détours en plus. Nous sommes dans les temps pour finir début avril. La distance totale du Te Araroa varie chaque année et pour nous, il y a 1733km au total pour l’île du Nord et 1308km pour l’île du Sud.

Nous avons fait très peu de camping sauvage jusqu’à présent car les forêts sont protégées et le reste des espaces traversés sont des élevages ou des lieux touristiques. On dort principalement en camping ce qui nous permet d’avoir une douche chaude assez régulièrement et d’avoir un toit s’il pleut pour cuisiner.

Nous n’avons pas eu de soucis d’orientation car le chemin est très bien balisé. Nous avons cependant une application GPS sur notre téléphone pour nous seconder au cas où.

Un chemin bien balisé

Nous filtrons notre eau assez régulièrement et notre filtre à gravité Platypus fonctionne à merveille ! Avec un minimum d’effort on collecte 4l d’eau.

Pour les repas, c’est assez dur en ce moment. On a eu un coup de mou cette semaine sûrement dû à des portions trop petites. On craque souvent pour des toasts, des burgers ou des pizzas dès que l’on croise un café ce qui n’est pas bien.

Pizza ! Qui vient de prendre une pizza pour 2 personnes ?

Nous avons commencé à augmenter les rations donc on verra si on retrouve plus de ‘jus’. Le petit dej est toujours constitué de notre porridge (flocons d’avoine, fruits secs et poudre de lait ou d’amandes). Les repas du midi et du soir sont des pâtes chinoises ou de la semoule dans de la soupe ou du bouillon.

Pause midi sur la plage

Les repas lyophilisés sont exceptionnels car ils sont assez chers et donc pas viables sur 5 mois. Différentes variétés de barres de céréales nous aident pendant la journée.  Nos petits plaisirs après la journée de marche sont des carrés de chocolat, des noix ou, et notre grande découverte: des tortilla roulées avec du beurre de cacahouète ! Un régal !

Hmmm beurre de cacahouète – tortillas

Dès que nous faisons des courses nous prenons fruits et crudités.

Toutes nos rations pour 4 jours !

Le réchaud fonctionne bien et il est très stable. Aussi, on est équipé pour un climat plus froid et nous avons souvent trop chaud la nuit ; on transporte donc un peu trop de poids mais ce n’est pas trop grave. Le climat de l’île du Sud sera sûrement plus frais.

Sous le soleil….

Côté bobos, ça va, les pieds ont souffert au début mais ils ont quasiment tous récupéré. Les ampoules et les brûlures dûes au frottement sont traitées avec la crème magique, le Bepanthen !

Voilà pour un premier bilan et vivement la suite !

3 pensées sur “Bilan logistique après 3 semaines de rando

  • 13 novembre 2017 à 18 h 09 min
    Permalink

    Vous faites vos courses où ? Car au bord de la plage ou dans la forêt il ne doit pas y avoir trop de boutiques … C’est à cause des courses vos détours de 15 à 20 km ?
    Elle est sympa votre tente !!!!!
    C’est pas un peu gras le beurre de cacahuètes ??

    Répondre
    • 20 novembre 2017 à 22 h 30 min
      Permalink

      Salut!
      On passe tous les 3 a 5 jours dans des villages ou des petites villes, donc il y a sur notre route des supermarches ou des superettes pour faire le plein. Les quelques detours c’etait pour les camping et pour contourner un bout d’estuaire que l’on pouvait faire en kayak mais que ni le temps ni les heures de maree ne le permettaient : du coup, on a du se faire un bout de route en plus…

      Et oui, le beurre de cacahouetes c’est un poil gras mais je brule au moins 4000kcal par jour et je dois en manger tout juste 3000 donc un peu de gras ne doit pas me faire trop de mal. Cela dit, j’ai trouve une excellente alternative : le miel ! La NZ est un gros producteur de miel, on voit des ruches partout donc j’ai dorenavant un petit pot sur moi ! Ce qui donne aussi un peu de sucre en secours au cas ou on a un coup de mou…

      Sans rire, le probleme c’est de bien calculer la nourriture a prendre sur soi… et la taille des rations. On y est presque je pense.

      Répondre
  • 15 novembre 2017 à 18 h 49 min
    Permalink

    excellent résumé sublimé par de belles photos
    allez comme dirait notre président Français … en marche !!!!
    bizzz à vous 2

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *