Groenland, le sentier du Cercle Arctique 4

Jour 10 : de Nerumaq à Kangerluasuk Tulleq – 17km

Jour 11 : de Kangerluasuk Tulleq à Sisimiut – 20km

Jour 12 : Sisimiut

Jour 13 : de Sisimiut à Kangerlussuaq – 30 minutes en avion

DSC_1936b

img_5422-3b
La flore change peu à peu. Plus nous approchons de la côte, et plus les arbustes sont grands.
img_5424-3b
Les cours d’eau sont de moins en moins desséchés.

img_5437-3b

img_5446-2b

img_5450-3b

img_5480-2b

img_5498-2b
Nous avançons vers Sisimiut mais de plus en plus souvent on se retourne pour regarder encore une fois les paysages que nous venons de traverser et que nous quittons à contre coeur. Nous sommes excités à l’idée de pouvoir se dire « ça y est, on l’a fait! » mais en même temps, il est difficile d’abandonner la tranquillité de ces lieux.

img_5515-2b

img_5508b

img_5525-2b
Cette fois c’est bien la mer que nous voyons à l’horizon… et Sisimiut.
img_5530-2b
Retour à la civilisation. Première chose à faire : aller au café du coin, manger une viennoiserie et bien sûr boire un café.
img_5536-2b
Nous restons une bonne quinzaine de minutes à observer les habitants sortir ou « garer » leurs bateaux.
img_5539-2b
Où dormir ? L’auberge de jeunesse est complète et les deux autres hôtels de la ville sont très chers, plus réservés aux touristes qui débarquent de leur immense bateau de croisière qu’aux randonneurs qui n’ont pas vu de douche depuis plus de dix jours. Un camping était indiqué dans notre guide mais en le cherchant, on ne trouve que des abris en bois complètement délabrés sans accès à l’eau ou à des toilettes donc on décide d’aller planter la tente dans un endroit un peu plus éloigné du centre. Seulement à l’extérieur de la ville dorment aussi les chiens de traîneaux. Ils attendent en troupe l’arrivée des premiers flocons avec impatience. Et ils sont très nombreux à manifester cette impatience en aboyant au bout de leur chaîne (photos un peu plus bas). Impossible de fermer l’oeil.
img_5549-2b
Au moins le soleil est toujours là au réveil.
img_5557-2b
Nous passons la journée à Sisimiut et il nous reste encore une nuit à passer ici avant de prendre notre avion pour Kangerlussuaq. Nous nous promenons dans la ville et ses alentours et nous profitons encore des rayons du soleil. Il paraît que le temps peut changer en quelques minutes et les petits nuages que nous voyons sur la droite vont bien confirmer ce que nous avons lu sur le climat ici.
img_5565-2b
En deux minutes, les maisons disparaissent.
img_5563-2b
La brume et les nuages gagnent du terrain à une vitesse impressionnante.
img_5568-2b
Et finalement, le ciel bleu est entièrement recouvert par la grisaille. Les températures chutent. C’est sûr, il nous faut un toit pour dormir cette nuit.

 

img_5579-2b

img_5574-2b
Les habitants vivant de la pêche, de la chasse et de plus en plus du tourisme, il y a devant quasiment chaque maison un bateau, une moto neige, des bois de cerfs et un ou plusieurs traîneaux. Il y a aussi parfois les peaux d’animaux qui sèchent.

img_5581-2b

img_5584-2b

img_5586-2b

img_5589-2b

img_5594-2b

img_5595-2b
Nous retournons à l’auberge de jeunesse. C’est toujours complet… Les avions allant à Kangerlussuaq ou ailleurs n’ont pas pu décoller à cause du mauvais temps. Tant pis, on décide de prendre une chambre dans un des hôtels. Quel plaisir d’avoir une douche chaude !!!
img_5614-2b
Petit tour dans Sisimiut

img_5602b

img_5615-3b

img_5616-2b

img_5621-2b
Les fameux chiens de traîneaux qui n’ont malheureusement pas tous la vie rose durant les quelques semaines sans neige.

img_5625-2b

img_5629-2b
Toutes les petites cabanes sur cette photo sont des abris pour les chiens de traîneaux. Il y a facilement une centaine de chiens.
img_5661-2b
Le lendemain, le ciel se dégage. Nous prenons notre avion pour Kangerlussuaq.
img_5662-2b
L’aéroport de Sisimiut.
dsc_1891-2b
La piste d’où nous venons de décoller et les belles montagnes au loin. En 30 minutes nous survolons les paysages que nous avons parcourus au cours de ces 10 derniers jours.
img_5672-2b
Retour à Kangerlussuaq qui fut d’abord une base militaire américaine en 1941 puis à nouveau en 1950 lors de la guerre froide.
img_5666-2b
Une bonne pizza et une bière dans l’établissement qui fait office de restaurant, bar, discothèque, salle de concert et peut être bien plus encore.

img_5669-3b

dsc_1918-2b
Bonne petite bière locale.
img_5674-2b
La boucle est bouclée. Retour à Copenhague, des belles images et des rêves plein la tête.

4 pensées sur “Groenland, le sentier du Cercle Arctique 4

  • 25 octobre 2016 à 20 h 45 min
    Permalink

    J’aime beaucoup les maisons colorées à votre arrivée à Sisimiut. Bon ben voilà, un superbe périple qui s’achève, avec des photos et des souvenirs plein la tête … et pour nous, lecteurs, une terrible envie de lire à nouveau vos futures aventures !!! En tout cas, ça m’a donné envie de faire votre rando afin de voir tout ce que vous nous avez fait partager: merci !!!!!!

    Répondre
    • 1 novembre 2016 à 21 h 11 min
      Permalink

      Nous sommes tres content que tu aies aime les articles et que tu aies envie de partir y faire un tour !! Avec l’automne et la grisaille, nous mourons d’envie de repartir en voyage, perdus dans la nature ! Merci en tout cas de suivre nos aventures 🙂

      Répondre
  • 19 novembre 2016 à 0 h 38 min
    Permalink

    Votre périple a la faculté de nous transporter dans un voyage irréel mais combien délicieux.
    Merci pour ces superbes photos
    Bizzz

    Répondre
  • 13 janvier 2018 à 22 h 54 min
    Permalink

    Merveilleux voyage pour vous deux, des photo a couper le souffle
    Amon age j’ai adorer! Quelle force de courage et d’endurance. Bisou!
    PS » a mon age ça été un plaisir de vous regardé moi j’étais au chaud.
    thérèse

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *